Acheter en ligne et le changement climatique

Par défaut

Les achats en ligne peuvent être pires pour l’environnement que de se rendre physiquement dans un magasin

Si vous pensez que faire des achats en ligne est plus écologique que de vous rendre dans un magasin, détrompez-vous.

Pourquoi le climat se réchauffe-t-il ? Depuis la révolution industrielle, l’homme et ses industries  émettent de grandes quantités de gaz à effet de serre. Ces gaz à effet de serre s’ajoutent aux gaz naturellement présents dans l’atmosphère. En conséquence, l’effet de serre se trouve renforcé, la terre se réchauffe et le climat se modifie.

Cela peut sembler contre-intuitif, mais la façon la plus éco-consciente de faire du shopping consiste à se rendre dans un magasin physique plutôt que de faire des achats en ligne auprès d’entreprises qui ne disposent pas de magasins physiques, selon un nouveau rapport publié le mois dernier dans Environmental Science & Technology, une revue scientifique sérieuse publiée par l’American Chemical Society.

Dans l’étude, les chercheurs ont estimé que les achats dans les magasins physiques pour des articles fréquemment achetés tels que du papier hygiénique, du shampoing et du dentifrice entraînaient souvent moins d’ émissions de gaz à effet de serre que de commander les produits auprès d’une entreprise qui ne vend que sur Internet.

La raison principale est la façon dont les gens achètent en ligne: beaucoup achètent fréquemment des articles en ligne, mais ils n’achètent que quelques articles par achat.

«Lorsqu’ils font leurs achats dans un magasin, ils regroupent ces achats en un seul panier plus gros», a noté Sadegh Shahmohammadi, étudiant au doctorat en sciences de l’environnement à l’Université Radboud aux Pays-Bas. Il est l’un des six chercheurs qui ont travaillé sur cette étude durant un an et demi.

Les achats fréquents en ligne produisent plus de déchets d’emballage et les articles en ligne proviennent généralement de différents centres de distribution. Les deux facteurs entraînent des émissions de gaz à effet de serre plus élevées par article, a déclaré Shahmohammadi.

L’équipe a modélisé ses recherches sur le mouvement des marchandises de l’usine jusqu’au consommateur final.

Ils se sont alors spécifiquement concentrés sur la partie de la chaîne d’approvisionnement du commerce de détail appelée livraison «du dernier kilomètre»: la distance entre un magasin et un client, ou dans le cas des achats en ligne, la distance entre le centre de distribution des marchandises et le client.

Ils ont analysé l’ empreinte carbone de la «livraison du dernier kilomètre» pour les trois types de canaux d’achat les plus répandus au Royaume-Uni – magasins physiques, click & collect (lorsque les gens commandent en ligne et qu’un magasin physique leur livre les articles) et les «pure players» (vendeurs strictement en ligne). Les trois modèles comprenaient des estimations des émissions de gaz à effet de serre en corrélation du nombre de produits achetés, du transport, de l’entreposage, de la livraison et des activités d’emballage.

L’analyse a montré que les empreintes moyennes et totales de gaz à effet de serre par article acheté étaient plus élevées dans les magasins physiques que celles des achats click & collect dans 63% des cas de shopping étudiés mais inférieures à celles des pure players dans 81% des cas au Royaume-Uni. Aux États-Unis, les émissions de gaz à effet de serre liées aux achats dans les magasins physiques ont également été estimées supérieures à celles du canal click & collect et inférieures en moyenne au canal pure play.

« Ce schéma est vrai dans les pays où les gens conduisent beaucoup », a déclaré Shahmohammadi. « Cela dépend vraiment du pays et du comportement des consommateurs là-bas. »

Walmart contre Amazon

Walmart ( WMT ) , le plus grand détaillant au monde, utilise les trois modèles de vente au détail pour servir ses clients via son site Web, plus de 4 700 magasins aux États-Unis et son modèle brick & click.

« Quel canal est le plus efficace en termes d’émissions de carbone ? Il n’y a pas de réponse unique à cette question, car la vie et les habitudes d’achat de nos clients sont dynamiques », a déclaré Walmart dans un rapport d’entreprise de 2017 intitulé « Les implications des émissions du commerce de détail moderne. « Parfois, ils se précipitent vers le magasin pour acheter un jouet de dernière minute pour une fête d’anniversaire, et parfois ils font des provisions. Parfois, ils en ont besoin maintenant, et d’autres fois la semaine prochaine fera l’affaire. La meilleure question est: Quand est chaque chaîne la plus efficace en termes d’émissions. »

Walmart a déclaré qu’il avait étudié en profondeur les implications des émissions de gaz à effet de serre des trois canaux de vente au détail et avait mis en place des efforts pour les réduire. Parmi eux, il fournit des chargeurs de véhicules électriques dans plus de 100 de ses magasins et travaille avec des fournisseurs pour réduire les émissions de sa chaîne d’approvisionnement mondiale.

Amazon ( AMZN ) , le plus grand détaillant en ligne au monde, a déclaré que la durabilité était un engagement continu de l’entreprise. L’année dernière, le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, a annoncé un vaste plan de lutte contre le changement climatique , notamment le respect de l’accord de Paris sur le climat avec 10 ans d’avance, ce qui rendra l’entreprise neutre en carbone d’ici 2040.

Dans le cadre de cet accord, le détaillant a déclaré qu’il avait commandé 100 000 nouveaux véhicules de livraison électriques et qu’il prévoyait de commencer à les utiliser pour la livraison de colis du dernier kilomètre aux clients d’ici 2021. Il s’attend à ce que 10 000 d’entre eux soient sur la route au cours des deux prochaines années. et le tout en opération d’ici 2030, «économisant des millions de tonnes de carbone par an».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *